L’Histoire du cannabis

La grande histoire du Cannabis

Le cannabis est une plante très ancienne, qui a marqué l’humanité et son évolution, Son nom latin provient de l’arabe kunnen.

 La grande richesse de ses applications en ont fait un allié de l’homme. 

Où est apparue la plante de cannabis?

Son existence est attestée par des études archéologiques dès  -11000 ans av JC en Asie.

Son origine  géographique est contestée : Des coteaux de l’Himalaya à l’Asie Centrale, c’est bien en Asie qu’elle est apparue et s’est progressivement diffusée dans le monde 

Le cannabis fut largement utilisé dans la préhistoire et l’Antiquité.

Dès le néolithique, vers -7500 ans av JC, les hommes ont cultivé le cannabis.  Ils ont remplacé les peaux de bêtes dont ils s’habillaient par la  fibre longue, solide et résistante du chanvre qu’ils ont  appris à tisser.

Le chanvre devient rapidement une plante très recherchée

En Chine, Les graines de chanvre ont été  l’une des premières graines, avec le riz, l’orge, le millet et le soja, cultivées et consommées dans le cadre d’une alimentation pour les hommes et les animaux.

C’est sans doute ainsi que furent approchées les effets divers des feuilles et des fleurs résineuses du cannabis .

 En Chine (-2.800 av. J.-C.),  la plus ancienne encyclopédie de  l’Empereur chinois Shennong  rassemble les plantes à usage thérapeutique connues, il établit déjà les qualité thérapeutiques du “ cannabis contre les douleurs rhumatismales, constipation intestinale, les troubles du système reproducteur féminin, le paludisme et d’autres vertus anesthésiantes . Il est indiqué que les fruits du chanvre, «s’ils sont pris en excès produiront des hallucinations» . «Si on les prend à long terme, on communique avec les esprits et on allège le corps”.

Rapidement le chanvre est  l’objet des premiers échanges commerciaux entre l’Asie , les tribus nomades se chargent du commerce et des échanges.

En Inde, le cannabis fut considéré comme une plante sacrée liée à la religion et beaucoup plus répandue comme remède et comme drogue récréative.(-2000 / -1000 ans av JC). Il est échangé contre le coton.

Autour de la Méditerranée, c’est le lin qui est échangé. Et le chanvre gagne progressivement l’Europe du Nord, 

En – 450 ans av JC , l’historien grec Hérodote relate que lors de  rituels , les Scythes inhalent des vapeurs obtenues à partir de la combustion des graines de cannabis.  

Durant l’Antiquité, Les Romains et les Grecs apprirent des Egyptiens  à fabriquer cordes, tissus et voiles de bateaux. Ainsi, sur le pourtour méditerranéen, on trouva de nombreuses cultures de chanvre. Pour les Romains, le chanvre avait une importance stratégique.

A la fin de l’Empire romain (à partir de 476 après J.-C.), tout ce que l’on a appris sur le cannabis est relégué au second plan. L’utilisation du cannabis,  le savoir de ses bienfaits médicinaux et thérapeutiques sont comme oubliés. 

Pendant le Moyen-Âge, il est combattu par les religions, son usage progresse discrètement: 

Vers l’An 500, le cannabis se répand au Moyen Orient depuis l’Inde.

 C’est dans la période de l’avènement de l’Islam, L’alcool interdit par le Coran se voit remplacé par le cannabis sous la forme  de haschisch. Les musulmans l’utilisent pour l’effet récréatif et ses qualités  thérapeutiques.

L’islam propage l’usage du cannabis en Afrique.

 Les applications médicales traditionnelles du cannabis ont été consignées par les musulmans notamment grâce à Avicenne (10ème siècle) et son ouvrage de référence en 5 volumes (Canon de la médecine) où le cannabis y est indiqué entre autres pour les maladies neurologiques, telles que l’épilepsie et la migraine, ainsi que les dysménorrhées et les accouchements difficiles.

.Les premiers papiers durables furent conçus, en Chine, il y a près de 2000 ans, à base de chanvre et de mûrier. Cette invention fut tenue secrète pendant 650 ans mais les arabes en obtinrent la recette en 750 en faisant prisonnier des papetiers chinois.  Cela va permettre et faciliter la diffusion du Coran.

C’est en Egypte que  la première interdiction concernant le cannabis est édictée : en 1378, l’émir Soudoun Sheikouni interdit sa culture, à Joneima, et  condamne la personne surprise en train d’en consommer à avoir les dents arrachées.

En France, Il faut attendre le IXe siècle et Charlemagne pour voir à nouveau relancée la culture de chanvre.

Dans les monastères, les moines copistes travaillent sur du papier de chanvre à la lumière de lampes à huile de chanvre.

Mais, à nouveau, les bienfaits connus du cannabis vont être écartés. En plein Moyen Âge central (XIe – XIIIe s), l’Europe entre dans l’obscurantisme religieux de l’inquisition .La plante est considérée comme satanique par l’église.

Pourtant en 1455, la première Bible imprimée par Gutenberg est imprimée sur papier de chanvre. 

En 1484, le Pape Innocent VIII condamne l’usage du cannabis mais la même année le  premier herbier illustré est imprimé : il décrit 131 plantes dont le cannabis précisant leur usage médical ainsi que la façon de les utiliser.

En 1492, Christophe Colomb découvre le Nouveau Monde. Il offre aux indiens graines et vêtements de chanvre.

C’est le début des temps modernes et d’une nouvelle expansion du cannabis.

Les cours d’Espagne, du Portugal et d’Angleterre dans leur volonté d’expansion et de contrôler les mers, vont développer leurs flottes (Voiles, cordages). La culture du cannabis va être relancée et même contrainte pour l’effort de guerre principalement.

1545 après J-C : Des marins espagnols amènent avec eux des plants de chanvre au Chili, pour utiliser ses fibres, marquant aussi la première apparition de la plante aux Amériques

1611 : Les Anglais introduisent le chanvre dans la colonie de Jamestown (Virginie), marquant la première apparition de la plante dans ce qui deviendra les Etats-Unis. La fibre de chanvre deviendra une forte source d’exportation, notamment dans ses produits dérivés : cordes, graisse, huile, papier, etc… En Virginie, en 1619,  les fermiers sont contraint à cultiver du chanvre, sous peine d’amendes.

En 1776, Indépendance des Etats Unis: George Washington, premier président des États-Unis d’Amérique  cultive le chanvre dans son domaine en Virginie. Il donne l’instruction de faire pousser du chanvre indien partout  en vue de favoriser l’indépendance de la Nation. Le premier drapeau américain est en chanvre.

1797, Samuel Hahnemann  le père de l’homéopathie, décrit l’intérêt de la plante dans son ensemble alors que les graines étaient davantage utilisées.

1798 : Lors de la campagne d’Egypte, l’armée de Napoléon privée d’alcool en pays musulman découvre l’usage du cannabis récréatif. Les soldats français reviennent d’Egypte avec dans leur bagages certaines quantités de chanvre. Napoléon victime d’une tentative d’assasinat d’un égyptien sous l’empire du cannabis, associé à l’opium,  interdit totalement le cannabis en France. 

Mais sa consommation se poursuivra sous le manteau.

De retour d’Égypte, Louis Aubert-Roche,médecin recommande le recours au haschisch pour soigner diverses maladies contagieuses

Joseph Moreau de Tours, psychiatre à l’hôpital Bicêtre, teste la drogue en 1837. En 1845, il publia la première étude des effets physiques et psychiques de la consommation de cannabis dans son ouvrage Du haschisch et de l’aliénation mentale.Il recommande l’ingestion de cannabis sous une forme de pâte (qu’il mêle à d’autres aliments tel que pistache, miel, appelé aussi Dawamesk) pour traiter l’ensemble des troubles mentaux.

Ce même Psychiatre organise des soirées de consommation où se retrouve les intellectuels de l’époque: les poètes Gérard de Nerval, Théophile  Gautier, les peintres Delacroix, Daumier, l’écrivain Victor Hugo:Le club des Hashischins.

 La mode est alors à l’orientalisme et le cannabis en profite,  Les « salons turcs » ou « fumeries turques » se multiplient aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.

Vers 1830 : Le docteur irlandais William O’Shaugnessy au Lycée Médical de Calcutta,introduit le Cannabis dans l’univers médical occidental. Il teste tout d’abord ses préparations sur des animaux, et traite ensuite des patients souffrant de spasmes musculaires et de douleurs. Il rapporte également des résultats positifs dans le traitement des diarrhées et des vomissements, symptômes souvent fatals du choléra.

 L’extrait alcoolique de cannabis est commercialisé dans la vieille Europe comme aux États-Unis.  Il fut ainsi prescrit à la reine Victoria pour soulager ses douleurs menstruelles. Cette teinture était l’un des médicaments les plus vendus par les officines de pharmacie. Mais, à la fin du XIXe siècle, son succès commença à décliner, à la suite de l’apparition et du fort succès d’autres médicaments tels que l’aspirine et l’avènement des lobbys pharmaceutiques.

 Globalement, le cannabis se banalise en Occident et il entre dans la composition de nombreux produits thérapeutiques ou récréatifs (bonbons, cigarettes au cannabis.)

Le XX° siècle époque des interdits.

Le XX° siècle , le cannabis va être mis à mal par la politique américaine dominante et la montée des lobbys industriels qui voient d’un mauvais oeil ce produit simple, accessible à tous et  aux applications multiples et renouvelables (une production annuelle).

En 1894, une enquête diligentée par La Commission sur le chanvre indien (médecins Anglais et indiens) en Inde conclut que « l’usage modéré du cannabis ne provoque aucune mal » et « ne produit aucun effet préjudiciable sur l’esprit »,par contre des quantités fortes du cannabis peuvent  “générer des troubles mentaux”. Une interdiction totale du produit est préconisée.

En 1910, la révolution mexicaine provoque l’immigration de nombreux mexicains dans le sud des Etats unis. Ils consomment de façon culturelle le cannabis à usage récréatif sous le nom de marijuana (mélange d’herbes utilisé par les Mexicains pour soigner certaines maladies). Cette consommation s’étend à la population noire des plantations du Sud  et devient très populaire. C’est le début d’une vague d’interdiction pour le cannabis: 1911 en Afrique du Sud, 1915 en Californie, 1916 la France et la Grande Bretagne interdisent toutes les drogues, 1919 au Texas.

1925, la convention de Genève déclare se mobiliser contre tout trafic de drogue. 

Entre 1920 et 1930, l’Amérique est en pleine  prohibition de l’alcool . La crise de 1929 va provoquer un choc social.

 Le  lobby religieux et les autorités mettent en place  une véritable entreprise de propagande qui  s’appuie sur  le racisme ambiant, contre les mexicains et  les « noirs»,  leur musique (le blues et le jazz) et les dégâts imputés au cannabis.  Le tout orchestré et soutenu par les lobbys de l’industrie du coton, ceux  de la chimie (dont les lobbys du nylon et du pétrole) et les lobbys forestiers(industries du papier) liés à la presse. Les journaux diffusent dans la population  l’idée que violence et cannabis sont liés . Le film  Reefer Madness, commandé par une église en 1936 raconte l’histoire d’un groupe d’étudiants embarqués dans des situations insolites à cause de la fumette . La propagande se poursuit sur tous les fronts.

En 1937, une loi instaure la taxation de la production, du commerce ainsi que l’usage industriel et médical, c’est le Marihuana Tax Act, contre  les recommandations de l’Association Médicale Américaine. Le Bureau Fédéral des Narcotiques et son directeur, Harry J. Anslinger organise avec force la prohibition de la marijuana. La majorité des entreprises pharmaceutiques américaines arrêtent la production de leurs remèdes à base de cannabis, devenue illégal aux Etats-Unis. Distancé dans son usage textile  par les fibres synthétiques (nylon) et le coton, concurrencé dans l’industrie papetière par le bois, la production du chanvre chute complètement au cours de la première moitié du XX siècle.

La répression est extrême, Harry Anslinger, fait poursuivre  de nombreux artistes susceptibles de consommer du cannabis : Count Basie, Cab Calloway, Duke Ellington, les membres du NBC Orchestra, Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Thelonius Monk, Louis Armstrong musiciens de Jazz mais aussi des acteurs à Hollywood

 La convention unique sur les stupéfiants de 1961 proscrivant le cannabis dans tous les pays de l’ONU est indéniablement une retombée du Marihuana Tax Act 

Dans les années 1960, Des travaux de  l’INRA et la Fédération nationale des producteurs de chanvre (FNPC)  permettent de relancer la culture du chanvre agricole dans plusieurs pays européens . Il mette au point une sélection de variété   à faible teneur en THC. À partir de 1971, la CEE encourage  la culture de chanvre  pour la production de fibres.

L’essor de l’écologie, depuis la fin du XXe siècle, tend à stimuler le développement de filières chanvre, dans des domaines aussi variés que le textile, l’habitat, l’alimentation, les bio-carburants ,l’industrie automobile. Les superficies cultivées en chanvre à usage industriel dans l’UE ne font que progresser.

En 1964, un laboratoire israélien dirigé par le professeur Raphael Mechoulam isole le THC, responsable de la majeure partie des effets psychotropes du cannabis.

1960, en Europe,le mouvement hippie fait exploser la popularité du cannabis, ils ne comprennent pas son illégalité : Sa consommation de drogue est une contestation de la société bourgeoise.L’usage de la marijuana se répand dans toutes les classes de la société. Les arrestations se multiplient.

1968 : Richard Nixon est élu président et promet. Il demande aux radios de ne diffuser plus des musiques liées aux drogues et de les remplacer par des messages anti-drogues.

1970 : Le Congrès américain place la marijuana en drogue de « Catégorie 1 » aux côtés du LSD, de la MDMA et des champignons hallucinogènes. La cocaïne, l’opium, la morphine et les amphétamines sont alors classées en « Catégorie 2 ». 

 En 1976,  les autorités des Pays-Bas décriminalise  la vente de marijuana pour usage personnel, encadrée par un système de coffee-shop patentés. La politique néerlandaise vise à protéger les consommateurs de cannabis  des dealers,qui proposent  d’autres produits plus toxiques (opiacés, cocaïne, LSD, amphétamines, etc)…

1986 : Reagan met en place l’Anti-Drug Abuse Act, qui prévoit des peines obligatoires pour les crimes liés à la marijuana.

Depuis les années 1990, de nouvelles pratiques se développent. Dans le monde occidental, les usagers du cannabis s’orientent vers l’autoproduction privée à l’intérieur de logements  ou à l’extérieur dans leur environnement . Ils recherchent une sécurité sur la qualité du produit,et veulent sortir du trafic ambiant, Ils produisent et vendent pour leur petit réseau, (amis voisins,..).  Cette production est en général de bonne qualité, mais représente des risques car illégale. 

Des magasins spécialisés de matériel de production se sont développés. L’internet, les sites web de vente en ligne diffusent le savoir, 

1996 : La Californie devient le premier Etat à légaliser l’usage médical de marijuana.

 2000, La consommation de cannabis est dépénalisée au Portugal. La quantité maximale qu’un Portugais peut détenir est de 25 g.

2005 Avancée importante, le Canada et le Royaume-Uni assouplissent la vente de cannabis thérapeutique , la prescription médicale de THC étant autorisée

2012 : Sous la présidence Obama, Le Colorado légalise le marché du cannabis et autorise la vente et l’usage de marijuana à usage récréatif, pour les personnes de plus de 21 ans, puis suivent l’Oregon, l’état de Washington, l’Alaska .

2013 L’Uruguay est le premier pays à légaliser le cannabis: Selon la loi, chaque consommateur doit choisir comment se procurer du cannabis. Il peut ainsi le cultiver lui-même, l’acheter en pharmacie ou adhérer à un club..

 Le 8  novembre 2016 l’état de Californie légalise la marijuana à usage récréatif par voie de référendum.

 2018  le Canada décide de légaliser la possession et la consommation de cannabis récréatif afin de lutter contre les trafics. La production est limitée à 120 producteurs autorisés par le gouvernement. Toutefois, conduire après avoir fumé du cannabis reste illégal.

Le XXI siècle va certainement marquer de grands assouplissements au niveau mondial des législations concernant le cannabis, Le mouvement est en marche: la pression sur les politiques pour sa reconnaissance et ses qualités pour la santé progresse. Ses propriétés écologiques et économiques sont mise en avant. 

Le mouvement est amorcé 

De 1908 à 1929, l’alcool, le tabac, la cocaïne, l’héroïne et bien sûr la marijuana sont interdits par le gouvernement. Pourtant la plante de cannabis, le chanvre, est une des premières plantes domestiquées par l’homme au néolithique.

La première Bible imprimée par Gutenberg l’aurait été sur papier de chanvre, aussi utilisé pour les billets de banque. Cette plante a été utilisée pour fabriquer les vêtements royaux occidentaux, des vêtements militaires lors des deux guerres mondiales et le premier drapeau américain.( Journal de Montreal )